Marion Maréchal-Le Pen veut créer une "académie des sciences politiques" qui sera non-partisan mais qui permettra aux courants de droite de se retrouver et de s'épanouir. Ici le mot "contradiction" rime avec "inutilité" et "dangerosité". Le contre-Sciences Po à la sauce Le Pen sera mort-né.

Dans la famille Le Pen, aujourd'hui je choisis la nièce. Marion Maréchal-Le Pen souhaite créer une académie de sciences politiques. Cette volonté a été officiellement dévoilé dans une tribune à Valeurs Actuelles le 22 février 2018. Même si l'idée avait déjà été évoqué fin 2017, là c'est officiel. Selon elle, cette académie n'est pas un projet partisan, ne sera rattachée à aucun parti politique et n'en servira aucun d'entre eux. Mais pourquoi créer une telle académie quand il y a déjà des Sciences Po ou des facultés de sciences politiques ? Sachant qu'il existe déjà des écoles cherchant à se démarquer dans ce domaine mais qui peinent à avoir une véritable valeur. Elle précise "Nous souhaitons être le terreau dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s'épanouir". Pourquoi cette précision ? Y aurait t-il trop de gauchistes dans les Sciences Po ? Peut-être bien que oui.

Sciences Po, terre du gauchisme malgré-lui

Si on s'en tient aux simulations d'élection présidentielle de 2017 organisées dans différents Sciences Po à l'occasion de la véritable élection du même nom, la gauche arrive loin devant et la droite occupe une place très marginale. Par exemple à Grenoble, Mélenchon est loin devant et est carrément élu au premier tour par les étudiants de première année alors que Marine Le Pen fait 0% auprès de ces mêmes étudiants. Les séances du Parlement des Etudiants, simulation de débats parlementaires, organisées principalement dans les différents Sciences Po se trouvent aussi confrontées à une surreprésentation de la gauche. Et auprès des enseignants, il est vrai qu'il est facile de ressentir leurs tendances politiques qui penche nt rarement à droite. Certes. Mais est-ce que cela est propre aux Sciences Po ? N'est-ce pas une situation qu'il est possible de retrouver généralement dans l'enseignement supérieur ?

 

La gauche est un cas général dans les études supérieures

Selon une étude d'OpinionWay lors du premier tour de l'élection présidentielle, Macron, Mélenchon et Poutou sont surreprésentés contrairement à Fillon et Le Pen qui sont sous-représentés par rapport au vote du reste de la population. Sciences Po ne semble donc pas être un cas isolé de la surreprésentation de la gauche (et du centre) chez les étudiants. Même si cela semble être dans des proportions plus importantes que la moyenne étudiante (il aurait été intéressant de voir le vote des étudiants en fonction de leur niveau d'étude). Mais ce cas de la surreprésentation de la gauche et du centre est réelle aussi dans le cas des enseignants. Selon une étude du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po) portant sur le vote des fonctionnaires publié le 21 février 2017, les enseignants avaient pour intention de vote à 29%  Macron et à 25% Hamon alors que le Front National était à 7,5% (même si ce chiffre était à 3,5% en 2012). Selon une étude d'Ifop d'avril 2017 pour SOS Education, les enseignants étaient 38% à avoir pour intention de vote Emmanuel Macron, 23% pour Mélenchon, 15% pour Hamon et seulement 11% pour Fillon et 5% pour le Pen. Plus précisément chez les enseignant-chercheur, c'est 37% pour Macron, 17% pour Hamon, 16% pour Mélenchon, 16% pour Le Pen et 9% pour Fillon. II y a toujours une surreprésentation de la gauche et du centre face à la sous-représentation de la droite. Et encore ! Ce vote massif pour Macron est plus un vote par désaffection du PS qu'un vote d'adhésion (surtout quand on sait le peu de place qu'ont les fonctionnaires dans le cœur de Macron). Le monde de la recherche, de l'enseignement et des étudiants est marqué politiquement à gauche.

Une académie une mort-née

Alors quel est le but de cette école ? Permettre à la droite de se faire une véritable place auprès des étudiants ? Régler les problèmes des étudiants de droite dans leurs études ? Oui il existe une certaine discrimination politique envers ces étudiants politisés en général. Si cette académie a pour but de régler ce problème, alors tant mieux ! Mais comment ? En créant un entre soi ? En sélectionnant des enseignants avec un penchant plutôt à droite et en orientant les cours vers les idéologies de droite plutôt que le choix d'un véritable enseignement de qualité ? N'oublions pas que Marion Maréchal Le-Pen est le portrait craché de son grand père et qu'elle soutient des mouvements prônant l'intolérance (coucou la Manif' pour Tous). Le concept d'école "non-partisan" est juste un leurre.  Même si cette annonce a aussi pour but de s'imposer comme grand rassembleur de la droite et de prendre la place que Wauquiez cherche à acquérir, cette académie de sciences politique à la sauce Le Pen n'augure rien de bon. Elle se rajoutera aux formations ne valant rien dans les sciences politiques. Tout comme la multitude de petites "grandes" écoles de commerce et écoles d'ingénieur qui sont juste là pour arnaquer les étudiants.